Bassins de jardin – de petits écosystèmes avec une grande diversité végétale et animale

Dans un bassin, des poissons rouges nagent autour d’un nénuphar en fleur.
Un bassin de jardin peut être fascinant – si l’on respecte quelques règles simples au préalable.

Indéniablement, un bassin de jardin attire tous les regards. Mais ce n’est pas son seul intérêt. Il offre un spectacle naturel unique avec une alliance harmonieuse entre plantes et animaux. Les grenouilles, crapauds, tritons, libellules, escargots d’eau douce et bien sûr les poissons font autant partie d’un bassin que les soucis d’eau, nénuphars, iris et les herbes simples. L’important est de trouver la bonne combinaison. Il n’est même pas nécessaire d’avoir un très grand bassin pour cela.

Dans notre guide, vous découvrirez tout ce qu’il faut savoir sur les différentes méthodes de construction d’un bassin, les matériaux possibles et sur la faune et la flore présentes dans le bassin et autour de celui-ci. Vous aurez aussi un aperçu sur les différents types de bassin de jardin existant. Nous vous montrons ici étape par étape comment aménager un bassin naturel à partir d’une bâche. Mais attention : aussi beau soit-il, votre bassin est également une source de danger. Les endroits trop escarpés, notamment au niveau des bords, peuvent rapidement représenter un danger mortel pour les animaux et les humains. Et même peu profonds, les plans d’eau sont dangereux pour les enfants ne sachant pas nager.

Du bassin à bâche au mini-bassin

Tout d’abord, demandez-vous quel type de bassin correspond aux conditions de votre jardin, à votre vision et à vos goûts. En principe, il existe trois sortes de bassin : le vivier, le bassin naturel et le bassin de baignade. Ajoutons à cela les mini-bassins pour le balcon, qui ont gagné en popularité ces dernières années.

 

Conseil
Petit conseil :
une fois votre bassin aménagé, il peut être très reposant de simplement rester à proximité pour profiter de la faune et de la flore. Un fauteuil en palettes ou un lit suspendu à construire soi-même est particulièrement adapté pour ce moment de détente.

Le vivier

Dans un vivier, de nombreux poissons rouges et carpes koï de diverses tailles nagent à la surface.

Le plus souvent, les viviers abritent des carpes koï colorées, des poissons rouges, des bouvières ou des tanches dorées. La taille du bassin et les plantations dépendent du type et du nombre de poissons. Certaines espèces de poissons nécessitent par exemple beaucoup d’endroits pour se reposer et de cachettes. Avec les carpes koï, on peut renoncer aux plantes, car ces poissons multicolores les mangent très volontiers. Pour les poissons rouges, un minimum de 8 000 litres d’eau est indispensable. La profondeur du bassin – si les poissons restent dehors en hiver – doit être en outre d’au moins un mètre à un endroit.

Pour un vivier, un filtre est incontournable. Les efforts nécessaires pour l’entretien varient fortement selon les espèces de poissons. Avec les carpes koï, par exemple, la qualité continue de l’eau est la condition de base pour la survie des poissons et représente un défi pour de nombreux détenteurs de bassin amateurs. Le coût de l’alimentation doit également être pris en compte lors de la planification. Et : tous les poissons ne sont pas compatibles. Avant d’acquérir différentes espèces de poissons, renseignez-vous bien pour savoir si elles peuvent cohabiter. 

Le bassin naturel

Des nénuphars sont en fleur dans un bassin naturel. On voit également diverses plantes vertes et un rocher au bord du bassin.

Le bassin naturel se démarque par sa grande diversité écologique. Herbacées, pierres, nénuphars... tout donne l’impression que l’on a laissé libre cours à la nature pour l’aménagement. En outre, cet espace naturel attire de nombreux animaux dans et autour du bassin. Un véritable paradis pour les salamandres, grenouilles et libellules. L’entretien demande assez peu d’efforts car les plantes et les animaux assurent un équilibre biologique. En revanche, les « gadgets » techniques tels que les fontaines, les produits chimiques ou encore les plantes exotiques ne sont pas adaptés aux bassins naturels. En d’autres termes, les coûts et les efforts pour l’entretien sont faibles, mais les possibilités pour les fantaisies individuelles également.

Le bassin de baignade

Près d’un bassin de baignade, sur une passerelle en bois, se trouvent deux chaises longues en bois.

Les bassins de baignade sont de plus en plus populaires depuis quelques années. Par rapport aux piscines conventionnelles, ils ont un grand avantage : l’eau ne subit pas de traitement chimique. Bien sûr, il est également possible d’utiliser des appareils auxiliaires pour le bassin de baignade. Mais dans l’idéal, les plantes doivent s’occuper de l’absorption des nutriments et de la production d’oxygène dans l’eau, sans appareil.

Lors de l’aménagement, le bassin de baignade est divisé en une zone de baignade et une zone de régénération. Une cloison s’arrêtant juste sous la surface de l’eau sépare les deux zones. La zone de régénération crée une transition visuelle harmonieuse entre le jardin et le bassin. Pour une baignade agréable, la surface du bassin doit faire au minimum 60 mètres carrés. La répartition entre la zone de régénération et la zone de baignade est d’environ 60:40.

Le mini-bassin

Un pot de fleurs est rempli d’eau et de plantes aquatiques.

Un bassin peut également fonctionner avec un tout petit espace. Même un balcon suffit pour profiter de l’effet apaisant de ce mini-biotope. Pour le contenant, vous avez le choix entre différents matériaux tels que le bois, la terre cuite, le métal ou le plastique. Il faut simplement qu’il soit étanche et suffisamment grand. Par précaution, vous pouvez revêtir le contenant d’une bâche pour bassin. Le mini-bassin doit avoir une capacité de 50 à 70 litres.

Pour la plantation, il est important de choisir des plantes compactes et sans racines profondes. Il vous faudra un panier à plantes pour réaliser cette étape. Cela signifie que quelques cailloux doivent être ajoutés au-dessus de la couche de terre. Ils empêchent la terre de se dissoudre dans l’eau. Lorsque vous installez votre panier à plantes dans le mini-bassin, vous devez veiller à ce qu’il soit à peine recouvert d’eau. Si la profondeur est trop importante, aidez-vous d’une pierre au fond du pot.   

Mais gardez toujours en tête qu’un mini-bassin peut rapidement peser plus de 150 kilogrammes. Assurez-vous donc toujours que l’endroit prévu est adapté à ce poids. De même, le sol doit être plan.

Bassin préfabriqué à partir de plastique : la variante facile pour un bassin de jardin

Un bassin en plastique est logé dans le sol, avec des pierres sur ses bords.

Une fois que vous avez choisi un type de bassin, il est temps de s’interroger sur les matériaux adaptés. Les bassins préfabriqués en plastique ont l’avantage de pouvoir être installés assez rapidement. Vous devez seulement creuser un trou adapté, préparer le fond avec du sable et d’autres matériaux, puis installer le bac. Le plus important est que l’excavation corresponde à la forme du bassin. Concernant les matériaux, il y a deux différences principales : les cuves en PRV, c’est-à-dire en plastique à renfort de verre, ou les moules en polyéthylène. Ces derniers sont généralement plus fins, plus petits et seulement disponibles avec une capacité de 1 000 litres au maximum. Les bacs en polyéthylène peuvent s’acheter dans un magasin de bricolage pour moins de 100 euros. La plupart d’entre eux n’ont que deux zones profondes. Cela signifie qu’en hiver, il est possible qu’ils gèlent complètement. Les cuves en PRV sont plus grandes, plus solides et disponibles dans différentes couleurs. Elles comportent généralement trois zones profondes et une profondeur maximale d’environ un mètre. Mais elles atteignent également leurs limites au bout de 5 mètres carrés de surface.

Bassin à bâche : le grand classique parmi les bassins de jardin

L’eau d’un bassin à bâche a été évacuée, des plantes en fleur et des herbes se trouvent dans le bassin et une personne y verse de l’eau avec un tuyau d’arrosage.

Le grand avantage des bassins de jardin avec une bâche est sans aucun doute la flexibilité maximale pour leur aménagement. Vous pouvez sans problème installer des bassins de grande taille avec une bâche pour bassin. Il est plus facile d’y effectuer des plantations que dans les cuves toutes faites. Vous devez toutefois faire attention à la qualité et vérifier que la bâche pour bassin remplit certains critères. Elle doit être résistante au rayonnement UV, à la pression des racines, aux variations de température et être compatible avec les poissons. L’épaisseur recommandée pour le matériau est d’au moins un millimètre. L’inconvénient est bien sûr que l’installation du bassin de jardin demande bien plus d’efforts de planification. En effet, avec une création personnalisée, chaque zone doit être planifiée individuellement. Il est indéniable que les cuves toutes faites facilitent grandement la tâche. Remarque : la version avec bâche n’est pas forcément moins chère qu’une cuve en plastique.

Bassin en béton : la version la plus robuste du bassin de jardin

Dans un bassin de jardin en béton flottent de grandes feuilles de nénuphar et quelques fleurs.

La version la plus résistante des bassins de jardin est assurément le bassin en béton. Son avantage se remarque une fois l’installation terminée. En matière de robustesse, il n’y a pas de meilleure option pour le jardin. Cependant, son installation est très complexe et coûteuse. Après avoir creusé, il faut en effet bétonner la paroi, puis la coffrer et enfin l’étanchéifier avec un enduit pour béton. Les animaux ne peuvent pas l’endommager, ce qui est avantageux par rapport aux bâches en plastique pouvant vite causer un fiasco dans le jardin. Un des inconvénients est cependant qu’il est très difficile d’effectuer des modifications ultérieures. 

Des plantes qui embellissent tous les bassins de jardin

Un iris en fleur d’un violet éclatant.
Une calla des marais en fleur au bord d’un bassin de jardin.

Au moment de choisir les plantes de votre bassin, vous devez prendre plusieurs éléments en considération. Seul un mélange de couleurs varié dans l’eau et autour de celle-ci fera de votre bassin un véritable bijou. Vous devez donc réfléchir en détail au préalable aux plantes que vous souhaitez placer sur les bords, dans la zone palustre, la zone d’eau plate ou la zone d’eau profonde. Voici de quoi vous inspirer.

Bords du bassin et zone palustre (jusqu’à environ 20 cm de profondeur)
Avec ses fleurs bleu-violet, l’iris de Sibérie attire les regards à coup sûr. La salicaire commune ne passe pas non plus inaperçue grâce à sa coloration rouge. Si vous préférez la discrétion, des primevères jaunes, des soucis d’eau ou des callas des marais, avec leurs fleurs à la forme singulière, pourront vous plaire. Et pour des plantes encore moins voyantes, tournez-vous vers les trèfles, les filipendula, les fougères et les roseaux. Pour l’entretien de vos plantes sur les bords du bassin, vous devez veiller à les tailler entièrement après l’hiver. L’EasyPrune, notre sécateur avec assistance, peut vous faciliter la tâche. 

Zone d’eau plate (entre 20 et 60 cm de profondeur)
Le signe distinctif de ces plantes est leurs racines particulièrement solides. Mais cela signifie également que vous devez les raccourcir fréquemment. Le cresson de fontaine, le jonc fleuri, la pesse d’eau et la massette à larges feuilles font par exemple partie de cette catégorie. La massette à larges feuilles ne doit cependant être plantée que dans les bassins de grande taille.

Un nénuphar rose en fleur flotte sur l’eau d’un bassin de jardin.

https://www.youtube.com/watch?v=D_a2yjFbZKMZone d’eau profonde (à partir d’environ 60 cm de profondeur)
Le « roi du bassin de jardin » est assurément le nénuphar. La plupart d’entre eux ont besoin d’un mètre de profondeur ou plus pour leurs racines. Les feuilles et fleurs flottent cependant à la surface. Selon la taille de votre bassin, il existe différentes variétés adaptées. Leur couleur, la taille de leurs feuilles et leur vitesse de propagation varient. Petit conseil : les feuilles des nénuphars n’aiment pas être arrosées par des fontaines ou autres jets d’eau. Les salviniaceae, les pistia stratiotes ou les nymphoides peltata sont également recommandées pour la partie profonde de votre bassin de jardin.

Pour savoir où exactement placer les plantes dans le bassin, si elles préfèrent l’ombre ou le soleil, et quand un panier est nécessaire ou non, consultez les instructions de plantation et d’entretien pour votre plante de bassin préférée.

Pour l’entretien de votre bassin de jardin, quel que soit le matériau de construction que vous avez employé, un autre point important doit être respecté : au début de l’automne, vous devez impérativement nettoyer le bassin. Il vous faut donc vérifier tous les appareils, contrôler les poissons, tester la bâche au niveau du bord et surtout vous assurer que les restes de plantes mortes et feuilles mortes sur les bords ne peuvent pas être dispersés dans l’eau. En effet, les plantes et feuilles mortes pourries perturbent durablement l’équilibre biologique de votre bassin de jardin. Le ratissage du jardin vous semble pénible ? Avec l’UniversalGardenTidy, vous disposez d’un auxiliaire sans fil qui transforme le nettoyage du jardin en véritable partie de plaisir. Vous pouvez découvrir ici à quel point l’appareil est facile d’utilisation.

Animaux dans le bassin de jardin et autour

Une grenouille est assise sur la feuille d’un nénuphar.

Si le bassin de jardin est bien aménagé et que tous les paramètres tels que la taille, les matériaux, le lieu et les plantations sont coordonnés, une faune variée devrait rapidement s’établir dans l’eau et autour de celle-ci. Voici un aperçu des habitants typiques d’un mini-écosystème équilibré au jardin :

Grenouilles
L’animal que vous apercevrez le plus fréquemment au bassin sera certainement une grenouille verte. Cet amphibien se nourrit d’insectes et de larves. On le trouve souvent à proximité d’un bassin de jardin. Mars et avril sont les mois les plus intéressants, car la grenouille fraie et accompagne souvent cette période d’un concert de coassements. La grenouille rousse est souvent présente également. Elle utilise le bassin surtout pour le frai, mais vit plutôt dans la zone humide des bords le reste du temps.

Crapauds
Le crapaud, animal nocturne, utilise principalement le bassin de jardin pour pondre ses œufs. Il pond parfois jusqu’à 6 000 œufs à la fois. Ne vous étonnez donc pas si de nombreux petits crapauds sautent dans tous les sens chez vous. Mais pas de panique. La plupart du temps, ils disparaissent très rapidement.

Une libellule bleutée est posée sur une feuille allongée.

Libellules
Les aeshna sont sans doute les habitants les plus fascinants du bassin. Ce superbe type de libellule fait environ 8 centimètres de long et sa vitesse de vol peut atteindre 50 km/h. La dernière mue et l’éclosion sur une tige ou une feuille d’une plante du bassin sont assurément spectaculaires. Il existe 50 à 60 autres espèces de libellules que vous pouvez éventuellement croiser à proximité de bassins.

Tritons
Le triton ponctué s’est parfaitement adapté à son environnement. Au moindre bruit, il plonge dans l’eau. On le voit donc assez rarement au jardin. Lorsqu’il est dans l’eau, il est protégé par la couleur sombre de son dos. Les tritons sont des animaux nocturnes. Ils pondent leurs œufs dans les plis des feuilles des plantes aquatiques.

Un able de Heckel nage au fond d’un bassin de jardin.
Un escargot rampe sur la feuille d’un nénuphar dans un bassin de jardin.

Poissons
Le choix ne manque pas pour trouver des poissons adaptés à la vie dans un bassin. Les plus courants sont les poissons rouges, les bouvières, les ables de Heckel et les carpes koï. Mais attention ! Toutes les espèces de poissons ne peuvent pas cohabiter et le bassin doit également respecter des critères très spécifiques, par exemple pour les carpes koï. C’est le seul moyen d’en profiter durablement. Pour les carpes koï, le bassin doit être très profond et uniquement comporter des plantes à grosses tiges. Si vous vous demandez combien de poissons sont l’idéal pour votre bassin, la formule suivante peut vous servir de repère : un mètre cube d’eau peut accueillir un poisson de 10 centimètres ou 2 poissons de 5 centimètres chacun.

Il existe en outre une grande diversité de petits insectes et escargots profitant du bassin – et jouant également un rôle important pour l’équilibre biologique. La notonecte, le moustique, la galéruque du nénuphar, les gerridés, le dytique bordé et la planorbe des étangs en sont quelques exemples.