Aménagement : créez une oasis directement dans votre jardin

Bassin naturel aménagé dans un jardin, entouré de plantes à feuillage persistant.
Aménager un bassin dans son jardin n’est pas difficile, à condition de respecter quelques règles importantes.

Les possibilités pour aménager son propre plan d’eau dans un jardin sont multiples. Imaginez un petit plan d’eau, qui servira de nouveau refuge à une multitude d’animaux et de plantes (poissons, grenouilles, libellules, salamandres, tortues…). Un mini-écosystème qui s’épanouirait directement sous vos yeux, peuplé de nénuphars en fleurs, de pontédéries et autres populages des marais. Vous trouverez dans notre guide dédié tous les conseils dont vous avez besoin pour choisir votre équipement et aménager votre bassin.

Dans cet article, nous vous expliquons les éléments dont vous devez tenir compte pour créer votre future oasis en cinq étapes. Mais attention : aussi beau soit-il, votre nouveau bassin représentera une nouvelle source de danger pour les personnes comme pour les animaux. Même peu profond, un plan d’eau est très dangereux pour un enfant ne sachant pas nager.

Choisir le parfait emplacement

Du gazon fourni dans le jardin.

Au moment d’identifier l’emplacement du futur bassin, veillez à ne pas choisir un endroit situé directement sous des arbres : les racines de ces derniers risqueraient de rendre vos travaux de terrassement difficiles et les feuilles qui tomberaient directement dans ses eaux pourraient nuire à leur qualité. Évitez également des emplacements où l’ensoleillement serait trop important. Si la température de l’air est trop chaude, celle de l’eau le sera également, ce qui risquerait de faciliter la prolifération d’algues. L’idéal est qu’il y ait des zones ombragées à la surface de l’eau tout au long de la journée. Si l’emplacement choisi ne permet pas de profiter de ces zones d’ombre, il vous reste quand même une solution judicieuse : celle de créer vos propres zones d’ombres, en plantant des bambous ou d’autres plantes ombrageantes à proximité de votre futur bassin. 

Veillez également à respecter une distance minimale par rapport à la limite de votre terrain, au terrain de votre voisin et à la voie publique. Il n’existe aucune règle générique en la matière, car les règlements varient selon les régions, parfois selon les communes. À partir d’un certain volume d’eau, vous devrez même déposer et obtenir un permis de construire avant de lancer les travaux.

Le bon moment pour aménager son bassin

Tulipes en pleine floraison dans le jardin.

Le meilleur moment de l’année pour aménager son bassin est le printemps. En aménageant votre bassin entre les mois de mars et de mai, vous vous donnerez toutes les chances d’atteindre un équilibre biologique idéal. Si vous deviez décider de vous lancer à l’automne, nous vous recommanderions alors d’attendre le printemps suivant pour installer vos plantations.

Il y a eau et eau

Nénuphars blancs flottant en surface... surplombant des poissons rouges.

A priori, rien ne s’oppose à ce que vous remplissiez votre bassin avec de l’eau courante. Nous vous recommandons cependant de vous renseigner en amont sur la qualité de votre réseau auprès de votre opérateur. Les informations qu’il vous fournira seront particulièrement importantes dans l’hypothèse où vous souhaiteriez avoir des plantes ou des animaux exotiques. Les principaux paramètres à prendre en compte sont la température, la dureté totale et la durée carbonatée de l’eau, son pH ainsi que sa teneur en dioxyde de carbone. Tous ces critères étant liés entre eux, toute valeur extrême aurait automatiquement des effets sur les autres, donc sur la qualité de l’eau de votre bassin.

La température de l’eau de votre bassin devrait être comprise entre 25 et 35 degrés Celsius en été, et entre 4 et 14 degrés Celsius en hiver. La dureté carbonatée (teneur des minéraux dissous ; notamment du calcium et du magnésium dans l’eau) ne doit jamais descendre en deçà de 5 °dKH. L’idéal est une valeur comprise entre 6 et 10 °dKH. À partir de 14 °dKH, la dureté carbonatée sera beaucoup trop élevée. La dureté carbonatée entre dans la dureté totale de l’eau, exprimée en °dH (degrés de dureté allemands) et devant être comprise entre 8 et 10 °dH (soit entre 14 et 18 °fH - degrés de dureté français). Vous pouvez mesurer la dureté carbonatée ainsi que la dureté totale de votre eau au moyen de bandelettes de mesure. Le pH, c’est-à-dire le potentiel Hydrogène de l’eau de votre bassin, devrait être compris entre 7 et 8. Les méthodes de mesure les plus fiables sont les tests par bandelettes ou le pH-mètre numérique. Il est recommandé de mesurer le pH de votre bassin toutes les deux à trois semaines. La teneur en CO2 de l’eau devrait approcher 30 mg/l maximum. Petit conseil : une fois votre tout nouveau bassin rempli, il peut arriver que l’eau se brouille les premiers jours. Ce phénomène ne doit pas vous inquiéter. Dans la plupart des cas, la coloration se dissipera d’elle-même, une fois que votre tout nouvel écosystème aura atteint son équilibre.

Choisir son équipement

Un bassin entouré de plantes à feuilles persistantes et au centre duquel est installée une fontaine.

Filtre, pompe, matériel de filtration et fontaine à eau. La palette des accessoires disponibles est très riche, et vous ne manquerez pas de solutions, quels que soient vos souhaits spécifiques. Retenez simplement qu’à condition de l’aménager avec soin, vous n’aurez besoin d’aucune technique particulière si votre bassin de jardin n’abrite aucun ou qu’un petit nombre de poissons. Si en revanche vous comptez y accueillir un grand nombre de poissons ou des espèces nécessitant une attention particulière, comme des carpes koïs par exemple, vous devrez impérativement équiper votre bassin d’un filtre. Ce filtre servira à nettoyer l’eau en la faisant passer dans des tamis de différentes tailles, pour retenir les grosses particules de saleté comme les plus petites, plus toxiques. Pour choisir votre filtre, vous devrez tenir compte de la taille et de la faune du bassin ainsi que des conditions météorologiques. Nous vous recommandons également d’utiliser des pompes à eau si vous choisissez de ne pas laisser l’eau s’écouler naturellement, en aménageant une cascade par exemple. Vous pouvez installer un système d’éclairage pour ménager une atmosphère chaleureuse, mais celui-ci ne représentera aucun intérêt pour la faune et la flore de votre bassin.

Ménager un environnement adapté pour la faune et la flore de votre bassin

Voici illustrées les trois zones devant constituer un bassin naturel (zone palustre, zone d’eau plate, zone d’eaux profondes), avec des informations complémentaires.

Le bassin idéal se compose de trois zones différentes : une zone palustre, une zone d’eau plate et une zone d’eaux profondes. Prévoyez une profondeur comprise entre 10 et 20 cm pour la zone palustre, qui formera une zone de transition entre l’eau et les bords du bassin. C’est dans cette zone que pourront s’épanouir des plantes palustres. L’escarpement et les bords du bassin ne doivent pas être trop raides, pour pouvoir accueillir les oiseaux et grenouilles qui apprécieront cette zone. Prévoyez de dédier environ un tiers de la surface de votre bassin à la zone palustre. La zone d’eau plate joue un rôle important dans l’écosystème d’un bassin. D’une profondeur comprise entre 20 et 50 centimètres, elle accueillera une multitude de plantes, dont la croissance contribuera à prévenir la prolifération d’algues. La zone d’eaux profondes commence à partir d’une profondeur de 60 centimètres. C’est dans cette zone que les nénuphars pourront s’épanouir. Si vous souhaitez mettre des poissons dans votre bassin, vous devrez prévoir de creuser à plus d’un mètre de profondeur, afin de garantir à vos hôtes de bien supporter les périodes de gel comme les fortes chaleurs.

Éliminer les déblais

Une personne portant des bottes en caoutchouc enfonce une pelle dans la terre.

En creusant la terre pour aménager votre bassin, vous récupérerez un volume important de déblais, que vous ne pourrez pas entièrement répartir dans le reste de votre jardin. Vous devrez donc prévoir de vous en débarrasser. Vous avez la possibilité de le déposer dans une décharge proche de chez vous, mais ce service pourrait vous être facturé. Vous pouvez également publier une annonce sur Internet afin de rechercher les jardiniers amateurs que cela pourrait intéresser. Dans certaines régions, il est possible d’utiliser des places de marché sur lesquelles revendre son terreau.

Avis de sécurité : le bassin, source de danger pour les personnes et les animaux

Un enfant penché sur le bord d’un bassin.

Aussi beau votre bassin soit-il, vous ne devez pas ignorer les dangers qu’il représente. La principale source de danger réside dans l’aménagement de la zone de transition entre les bords du bassin et l’eau. Si celle-ci est trop pentue et glissante, les animaux comme les personnes risqueraient de perdre l’équilibre et de tomber à l’eau. À cela s’ajoutent la curiosité et la fascination naturelles des enfants face à une étendue d’eau. C’est la raison pour laquelle il convient de ne jamais laisser des enfants sans surveillance à proximité de votre bassin, et dans l’idéal de clôturer son accès pour empêcher des inconnus d’y accéder. Vous pouvez également choisir d’ajouter des filets, des grillages, voire des systèmes d’alerte électriques.

Aménager rapidement et simplement un bassin dans son jardin en 5 étapes

Personne agenouillée au sol, en train de poser une bâche noire pour bassin.

Étape 1 : choix de l’emplacement et calcul de la surface du futur bassin

Il est important de choisir avec soin l’emplacement du futur bassin et de marquer ses contours avant le premier coup de pelle, en utilisant par exemple des bâtons et de la ficelle. Identifiez la zone palustre et la zone d’eau plate, et déterminez la profondeur ainsi que les pentes de ces futures zones en les dessinant. Veillez à ne pas prévoir des pentes de plus de 30 degrés.

Étape 2 : travaux de terrassement

Retirez le gazon, en prenant soin de prélever les racines en profondeur. Vous pouvez mettre une partie de la terre de côté pour la réutiliser lors de l’aménagement du bassin. Passez ensuite à la phase de travail la plus lourde : l’extraction des différentes couches de terre. Suivez bien vos plans et vérifiez bien qu’aucune canalisation ou conduite n’est présente à l’emplacement choisi pour votre futur bassin. L’idéal est naturellement de disposer des plans détaillés de votre terrain. Une fois la terre excavée, éliminez les pierres pointues et les racines du lit du bassin. Pour une meilleure protection, nous vous recommandons de répandre une fine couche de sable que vous recouvrirez ensuite d’un feutre géotextile.

Étape 3 : calcul de la taille de la bâche du bassin

Vous pouvez calculer précisément la surface du bassin ou vous appuyer sur un calcul approximatif : Longueur de la bâche = longueur du bassin + 2 x profondeur du bassin (là où elle est la plus importante) + 60 cm de bordures. Largeur de la bâche = Largeur du bassin + 2 x profondeur du bassin (là où elle est la plus importante) + 60 cm de bordures.

Étape 4 : mise en place de la bâche

Recouvrez le fond de votre bassin avec la bâche. Veillez à ne pas réaliser cette opération par des températures trop froides. Au-delà de 15 degrés Celsius, vous n’aurez aucune difficulté à déposer et ajuster la bâche. Veillez à prévoir une bonne marge au moment de découper votre bâche. Vous y déposerez ensuite quelques pierres et de la terre pour maintenir la bâche en place.

Étape 5 : remplissage et végétalisation du bassin

Dans un premier temps, remplissez votre bassin au tiers de son volume uniquement. Le poids de l’eau permettra de mettre la bâche définitivement en place. Votre zone d’eaux profondes devrait être remplie. Installez ensuite les végétaux destinés à pousser dans cette zone. Finissez ensuite de remplir, lentement, le bassin, puis ajoutez vos autres plantes. C’est terminé !

Conseil
Petit conseil :
si vous disposez d’un récupérateur d’eau de pluie à proximité immédiate de l’emplacement de votre futur bassin, vous pouvez remplir le bassin directement avec ces eaux de pluie à l’aide de la nouvelle GardenPump 18 de Bosch. Vous pourrez ainsi facilement aménager votre mini-écosystème sans raccordement électrique, grâce à ce système sans fil qui fonctionne sur une batterie de 18 V.